Echange conseiller adhérent

Que choisir entre hypothèque et caution ?

Pour qu’une banque ou un organisme de crédit vous consente un prêt, vous devez apporter une garantie. Bien souvent, il s’agit d’une hypothèque ou d’une caution solidaire.

L’hypothèque fait peur. Elle signifie que si vous ne remboursez pas votre crédit immobilier, le prêteur peut saisir votre logement pour le mettre en vente et récupérer ainsi les sommes avancées. L’hypothèque présente aussi l’inconvénient de prendre des frais de levée d’hypothèque si vous revendez votre bien avant le terme du prêt.

La caution consiste à verser dans un « pot commun » un pourcentage du montant du prêt. En cas d’impayé, le montant dû au prêteur est pris dans ce « pot commun ». A l’inverse de l’hypothèque, la caution présente l’avantage d’être en partie restituable à condition que votre prêt se soit déroulé sans incidents.

La caution constitue donc une alternative intéressante à l’hypothèque. Reste à bien comparer le coût de ces deux garanties car, en immobilier, chaque cas est différent.

Attention, vous devez bien comprendre les termes « hypothèque » et « caution ». 

L’hypothèque est le mot courant. Mais les spécialistes utiliseront plus la notion de « privilège de prêteur de deniers » ou IPPD. En fait, c’est la même chose qu’une hypothèque. Elle se finalise chez le notaire. Et d’ailleurs, il serait plus juste de parler d’IPPD que d’hypothèque puisque l’IPPD concerne les financements d’un logement ancien, d’un terrain ou d’un logement neuf dont la construction est achevée. Bref, la très grande majorité des situations d’acquisition d’un logement.

L’avantage de l’IPPD vis à vis de l’hypothèque réside dans l’absence de la taxe de la publicité foncière. Sinon, l’IPPD est chargée comme l’hypothèque.  Vous devrez acquitter les autres frais que sont les émoluments du notaire, la contribution de sécurité immobilière, les droits d’enregistrement. C’est une des raisons qui incitent de plus en plus d’emprunteurs à s’orienter vers la caution. 

Pour en savoir plus : le site du CSF ou celui du service public.vous devez 

Partagez cet article !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email