Avis CSF

Un regard avisé sur le budget des fonctionnaires

a | A
Vous êtes ici : Accueil /

Se poser les bonnes questions en matière de budget

Et veiller attentivement à prendre les bonnes décisions...

Ce mini-site a pour vocation de vous donner le point de vue du CSF, l'avis CSF, sur différents points touchant les fonctionnaires et leur rapport à l’argent. Depuis 1955, le Crédit Social des Fonctionnaires a pour objetif « de permettre à ses membres d’accéder au crédit, à l’épargne, à l’assurance et à toutes sortes de services en vue d’améliorer leur qualité de vie » (article 4 des statuts de l’association CSF).

Sans crédit, la majorité des Français ne pourrait ni se loger, ni acheter un véhicule, ni même réaliser les projets qu’elle a à cœur de mener. Si l’utilité du crédit n’est plus à démontrer, il faut toutefois en avoir la maîtrise. C’est la raison pour laquelle les conseillers de CRÉSERFI, l’établissement financier du CSF, étudient chaque dossier avec beaucoup d’attention.

Dans ces domaines de l’argent, l’avis du CSF s’appuie sur des principes de bon sens. Le premier  à rappeler est que le poids de vos crédits ne dépasse pas 33 % de vos revenus. C’est le seuil d’équilibre communément retenu depuis la loi Neiertz de 1990 pour vous permettre de réaliser vos projets sans pour autant mettre votre situation financière en péril en cas d’accident de la vie. De même, il est capital de surveiller ce qu’on appelle le reste à vivre car, même si le remboursement n’excède pas 33%, l’effort budgétaire n’est pas le même lorsque l’on gagne 3000 € ou 1500 €.
Il est alors parfois plus prudent de différer son projet si le reste à vivre est insuffisant.
 
Le 2ème avis du CSF est de bien choisir le type de crédit. Suivant les projets, il existe de nombreuses solutions de prêts. Il est impératif de vous faire conseiller. La solution du crédit à taux fixe est la plus sûre. Vous connaissez le montant exact des mensualités à acquitter et la durée sur laquelle vous aurez à rembourser. Beaucoup moins intéressantes et pluss du tout proposées par les organismes de cédits, certaines solutions de prêts dits variables pouvaient s’envisager. Si les taux remontent, ces prêts variables reviendront sur le marché. Il faut absolument en comprendre le mécanisme et accepter la part de risque qui s’y attache. Essentiellement conçus pour l’achat immobilier, les mensualités de remboursement varient à la hausse comme à la baisse en fonction de l’évolution d’un indice défini lors de la souscription du prêt. Sachez que vous pouvez aussi opter pour le prêt à taux variable « capé » c'est-à-dire limité à la hausse, mais aussi à la baisse. Une sorte de garde-fou qui vous protège des hausses mais vous pénalise lorsque l’indice part à la baisse.

Le CSF vous donne son avis pour que vous fassiez le votre !
Et lisez les avis de nos clients.