Avis CSF

Un regard avisé sur le budget des fonctionnaires

a | A
Vous êtes ici : Accueil / Blog / Générale / La loi consommation pour améliorer notre quotidien

La loi consommation pour améliorer notre quotidien

27 mars 2014 à 16h26 par Yann Herouart
Cette loi, adoptée le 17 février dernier et validée par le Conseil Constitutionnel le 19 mars, doit améliorer notre quotidien et surtout  nous redonner du pouvoir d’achat. Parmi les 10 nouveautés mises en place par cette loi, on peut citer l’action de groupe qui permettra d’obtenir réparation des préjudices du quotidien, la facturation des parkings au quart d’heure et non à l’heure ou encore le renforcement de l’information du consommateur sur ce qu’il mange (« fait maison » ) ou quand il achète sur Internet (lutte contre les cases pré-cochées qui rajoutent quelques euros sur votre billet de train ou d’avion).
Un autre avantage va permettre de diminuer le coût de l’assurance emprunteur. Vous prenez généralement cette assurance auprès de la même banque qui vous accorde un prêt immobilier.  Faute de temps, d’informations, ou pour être sûr d’obtenir ce prêt, nous sommes nombreux à accepter cette assurance sans négocier. La loi Lagarde de 2010 avait déjà délié le prêt de l’assurance, marché représentant 5,7 milliards d’euro en 2011. Mais cette loi n’a pas réussi à faire baisser les prix. Les banques ont contourné l’esprit de la loi, selon UFC- Que Choisir, par exemple en refusant les délégations d’assurance au motif que certaines garanties, très secondaires, ne couvraient pas aussi bien que le contrat « de groupe » proposé par la banque prêteuse.

La nouvelle loi consommation renforce la possibilité pour le consommateur de résilier ce contrat d’assurance. Une fois le prêt signé, le consommateur aura un an pour faire une étude de marché, loin du stress de l’achat.  Il pourra changer de contrat d’assurance de prêt immobilier, à condition que le nouveau contrat offre les mêmes garanties. Il n’y a pas de changement sur les refus liés aux garanties secondaires. Les banques pourront toujours refuser votre contrat au motif que la chasse à l’affut n’est pas couvert dans votre contrat, alors qu’elle l’était dans le contrat initial. Tant pis si vous ne pratiquez pas cette activité !
Cette disposition devrait permettre d’économiser environ 9 000 euros pour un emprunt de 300.000 euros sur 20 ans. Il ne faut pas se focaliser sur le seul aspect tarifaire de cette assurance. Vous devez avoir à l’esprit qu’une assurance doit aussi répondre à vos attentes et vous garantir dans toutes les circonstances de votre vie. Si vous pratiquez la plongée, ou un sport mécanique, voire la ballade en montagne, vérifiez que votre contrat d’assurance vous couvre bien.

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Identifiez vous pour poster un commentaire.